Je n’ai pas peur de partir

Je n’ai pas peur de partir

Hello !

Aujourd’hui je réponds à une question qu’on me pose assez souvent, et qu’on m’a surtout posée au moment où j’ai pris l’avion pour Bangkok avant de venir habiter à Bali. « Pourquoi tu n’as pas peur de partir ? »

Je pense qu’on a tous une relation au voyage différente. Certains sont comme moi et ont besoin de partir, d’autres veulent seulement quelques semaines de vacances dans l’année, et d’autres préfèrent rester chez eux. Ce qui est beau dans ce monde, c’est la diversité, alors il est important d’en avoir aussi dans nos passions, et je comprends parfaitement que certains ne comprennent pas mon besoin de partir, et le fait que je n’ai pas peur de le faire.

Mais c’est vrai, je n’ai pas peur. Quand je suis montée dans l’avion à Paris le 19 février, je n’ai pas pleuré, j’avais des frissons d’excitation, j’avais hâte de m’envoler pour cette nouvelle aventure au bout du monde. Et depuis ces deux mois bien dépassés aujourd’hui, je n’ai pas versé une seule larme (sauf quand la pression est redescendue après qu’on m’ait tout volé à Bangkok, mais ça ne compte pas !), je n’ai pas eu peur. Pas une seule fois un doute ne m’a traversé l’esprit, je ne me suis pas demandé si j’avais fait le bon choix, c’était une évidence.

 

La première fois j’avais peur…

Eh oui, comme tout le monde ! Si aujourd’hui, du haut de mes vingt-deux ans, je n’ai pas peur de partir au bout du monde, et même que j’en ressens le besoin, c’est avant tout parce que j’ai commencé à partir de chez moi pour l’inconnu alors que je n’avais que quinze ans. (Promis, un jour je vous parle de mon échange Brigitte Sauzay !) Et évidemment, j’avais peur de partir au début, je me posais mille questions. Pas les mêmes que celles qu’un adulte se serait posées, parce que j’étais une enfant, tout simplement. Mes interrogations portaient plutôt sur mes amis, est-ce que je les retrouverais à mon retour, est-ce que j’allais m’en faire là-bas ? J’avais peur par rapport à la langue également, parce que j’arrivais dans un pays dont je ne parlais presque pas la langue, et je devais non seulement y vivre, mais aussi aller au lycée, et j’avais peur de ne pas y arriver.

J’avais des peurs d’enfant, et c’est pour ça que c’était plus facile de partir. Je ne me demandais pas comment j’allais trouver un appart, du travail, des relations professionnelles, combien j’allais devoir payer pour mon visa, quelles assurances je devais prendre… tout ça, je ne l’ai pas géré, donc je n’avais pas si peur finalement. Et je pense que c’est le fait d’avoir commencé si jeune qui me permet d’être rassurée aujourd’hui.

 

Je me sens plus vivante ailleurs

Les gens ont beaucoup de mal à comprendre et surtout à accepter ça, mais c’est la vérité. J’aime la France, ce n’est pas la question. Mais j’aime encore plus être ailleurs. Pas forcément loin, juste découvrir une autre culture, entendre une autre langue, voir autre chose. Je me sens plus confiante à l’étranger. J’ose être moi-même, je sais que je ne serai pas jugée, et même si je devais l’être, ce n’est pas trop grave. Je n’ai pas peur de parler anglais avec mon accent français, je n’ai pas peur de faire des fautes en indonésien parce que j’apprends tout juste… Je n’ai pas honte de me tromper, de ne pas comprendre, de ne pas connaître…

Je sais que je devrais agir de la même façon en France, mais je n’y arrive pas, le regard des autres compte toujours, même avec les années qui passent…Peut-être parce que les français jugent et critiquent plus, peut-être parce que je suis française donc je n’ai pas le droit de me tromper ou de ne pas savoir, ou peut-être que c’est dans ma tête que tout se joue… Mais je me sens moi quand je suis à l’étranger, je suis vivante !

 

Je peux faire marche arrière

Ce n’est pas négligeable, je peux revenir en France à tout moment si je le souhaite. Si vraiment je me lasse d’un endroit (ça arrive rapidement et toujours, je ne sais pas rester toujours au même endroit, et c’est aussi pour ça que je pars…), je peux aller ailleurs. Si j’en ai marre d’être loin et que je veux rentrer, un billet pour la France est vite acheté. Ce n’est jamais compliqué de faire marche arrière dans ce cas, si vraiment je le veux, je peux rentrer en France. Mais dans l’autre sens ? Je ne veux pas avoir peur de partir et pleurer sur mon sort dans dix ans parce que j’ai trop attendu. Là, le retour en arrière ne sera plus possible.

Alors je n’ai pas peur de partir, parce que je sais que je reviendrai. Souvent je ne sais pas quand, ou approximativement, mais je sais que je reviendrai. Et que si vraiment je veux le faire sur un coup de tête ou un coup de blues plutôt, c’est possible !

 

Je suis aimée

C’est logique, mais c’est vrai. Je suis très bien entourée, par ma famille en France, ma famille en Angleterre, mes amis en France, ceux en Allemagne. Je ne parle pas de connaissance, je parle de ceux qui sont là depuis un moment maintenant, et qui seront là à mon retour, à chaque retour. Qui seront là même si je choisis de ne pas revenir. Je ne parle pas non plus de ceux qui m’écrivent tous les jours, pas forcément. Ceux qui m’aiment vraiment et me l’ont prouvé dans les bons comme les mauvais moments. Souvent, ce sont ceux qui me disent « tu mérites d’être là-bas », plutôt que « tu as de la chance ». Ceux qui savent qui je suis, pourquoi j’en suis là, qui ne me retiennent pas quand je pars, mais qui pleurent. Qui savent que j’en ai besoin, mais qui sont tristes que je sois loin. Ceux qui acceptent mes choix et me soutiennent. Ceux même pour certains, qui prennent un billet pour le bout du monde, foutent en l’air des mois d’économies pour me rejoindre quelques jours.

Je pense que sans ces gens formidables qui m’aiment et que j’aime à l’infini, je ne partirais pas si facilement. Mais là, de quoi pourrais-je avoir peur ? Je sais que je suis soutenue, même de l’autre coté de la planète, je sais que si je rentre, je ne suis pas seule. C’est important. Pour certains, le fait d’avoir des proches en France les empêche de partir, moi je dirais que c’est grâce à eux que je n’ai pas peur de m’envoler. Alors merci.

 

J’en ai besoin

Je l’ai dit, je me lasse rapidement. De tout, sauf des gens. Je me lasse de faire ci ou ça, je me lasse d’habiter ici ou là. Je suis à Bali depuis deux mois, et je pense que dans quatre mois, quand je devrai monter dans l’avion, je serai à la fois affreusement triste de quitter ma vie ici, mes amis, mes souvenirs, cette culture, ce pays, ce climat, ces paysages, ce travail, tout en fin de compte… et à la fois tellement contente de rentrer en France, retrouver ma famille, mes amis, mon lit, une vraie salle de bain, les petits plats de maman, ma voiture, le fromage, porter des talons et lâcher les tongs, tout, en fin de compte… Et puis au bout de quelques semaines, je serais de nouveau lassée, j’aurais besoin de nouvelles aventures, de repartir. Ce qui fait que j’aime autant tous les pays dans lesquels je vais, c’est que je pars avant d’en être lassée, au moment où ça va encore me manquer… Et si le pays avec lequel j’ai le plus de mal est la France, c’est uniquement parce que j’y ai vécu vingt ans et que c’est trop, mais avec le temps, elle me manque. J’ai besoin de voyager pour ne pas me lasser, donc je n’ai pas peur de le faire parce que ça me rend heureuse.

 

J’apprends plus ailleurs

C’est presque logique, parce qu’en vivant à l’étranger, je découvre une nouvelle langue, une culture différent, un mode de vie opposé au mien, des croyances que je ne soupçonnais pas… J’apprends sur l’autre, j’apprends sur moi. Je m’ouvre au monde, je mûris plus vite que les gens de mon âge, je me pousse à aller toujours plus loin. J’apprends à repousser mes limites, vaincre mes peurs, à écouter les autres, j’apprends à apprendre et à exister.

En France, on croit que parce que j’ai une double licence, que j’ai vécu dans quatre pays et que j’ai commencé un master, je n’ai plus rien à apprendre. On croit que les diplômes font tout et ont de l’importance. Et je ne suis pas de cet avis. J’apprends beaucoup plus de gens qui n’ont jamais été à l’école, qui ne parlent pas un mot d’anglais, n’ont pas la moindre idée de ce qu’est un diplôme d’université et ne savent même pas lire. Ils ont tellement pus à m’apprendre que ce qu’on a pu m’enseigner en vingt ans sur les bancs de l’école… J’aime apprendre, j’aime découvrir, m’ouvrir et devenir toujours une meilleure personne, et pour moi, la meilleure façon de le faire, c’est de partir.

 

 

Voilà, je n’ai pas peur de partir, pour toutes ces raisons. Et toi ? Partage ton expérience et ton avis en commentaire, ça m’intéresse.

Suivre:
Partager:

13 Commentaires

  1. 20 juin 2017 / 7 h 59 min

    Bonjour
    C’est magnifique! Voyager c’est merveilleux…..si seulement c ‘était donné à tout le monde

    • 20 juin 2017 / 9 h 15 min

      C’est donné à tous ceux qui ont envie de le faire 🙂

  2. Morganegds
    3 mai 2017 / 20 h 39 min

    J’adore la passion que tu met dans tes textes, quand tu parles de voyage on sens à travers les mots choisis que c’est vraiment ton cœur qui parles et que c’est vraiment une nécessitée pour toi ! Cest peu être dingue ce que je vais dire mais à travers tes mots jai vraiment l’impression de voyager à ta manière rien que en te lisant, tes articles sur ce sujet sont inspirant et merci pour ca !
    De mon côté j’adore voyager j’ai eu l’opportunité de visiter déjà 5 pays mais jamais en solo et comme je te disais précédemment avec mon caractère je sais que j’aurais du mal à le faire meme si ca ne pourrait mettre que bénéfique je suppose pour la confiance en moi (ce que je n’est pas du tout!) cependant tout voyage fait s’ouvrir sur le monde et du coup grandir, je suis impatiente de voyager à nouveau : la suisse, l’Italie et l’Angleterre seront sûrement mes prochains voyages (enfin nos voyages avec mon cheri je suis impatiente de partager tout ca avec lui !)

    • 4 mai 2017 / 4 h 49 min

      Merci encore et encore ! C’est vrai que j’écris d’une traite et je suis passionnée, ça vient tout seul ! Ce qui compte, c’est que tu le fasses pour toi et que ça te rende heureuse ! Je te souhaite plein de voyages avec ton amoureux, et plein de bonheur ! J’aimerais aussi avoir quelqu’un avec qui partager ça mais c’est pas pour tout de suite on dirait, haha ! Profite bien en tout cas ! Gros bisous

  3. Philomène Ferreux
    28 avril 2017 / 21 h 19 min

    Alors déjà, tes articles sur ce thème sont vraiment très motivants. Ensuite, en ce qui me concerne, j’adore voyager, découvrir de nouvelles choses, de nouvelles personnes…mais j’ai toujours un petit peu peur de partir. Peur de ne pas trouver tout ce qu’il me faut, peur de ne pas y arriver, peur de quitter mes parents, ma famille. Et puis peut-être aussi la peur de se retrouver un peu seule ? Je ne sais pas. Mais je sais que, dans 1 an et demi, je vais repartir, un an, toute seule. Je ne pars pas loin, je vais en Erasmus en Allemagne. Ce sera mon premier voyage seule, ma première année loin de mon entourage. Et ça me rend heureuse, rien que d’y penser. Je n’ai que 18 ans, et je pense qu’avoir toutes ces petites peurs, doutes, est quelque chose de normal.
    Bref, fini de parler de moi, tes articles sont une source d’inspiration, vraiment. Alors continue à écrire sur le thème du voyage, parce que c’est génial!
    Bisous ♥

    • 29 avril 2017 / 3 h 06 min

      Merci beaucoup ma poupée ! Tu es encore jeune et tu as le temps de ne plus avoir peur haha, et puis même dans les plus grands voyageurs, certains ont toujours peur, c’est aussi une question de personnalité je pense ! Tu me partageras ton expérience pour la rubrique témoignages de mon blog ? ça me ferait plaisir !
      Gros bisous, et vraiment merci pour ce message plus que motivant !

  4. Pauline
    28 avril 2017 / 21 h 10 min

    Coucou! Superbe article qui me pousse à partir …!
    Moi j’ai peur de parler une langue étrangère devant les étrangers… Comme quand je suis allée en Allemagne et que je devais parler Allemand, malgré mes bonnes notes en cours je n’osais pas parler de peur de faire une faute et d’être jugée, pareil devant les Anglais je me suis tût pendant 1 semaine aha…

    • 29 avril 2017 / 3 h 03 min

      C’est vraiment dommage, parce qu’il n’y a qu’en France que c’est « une honte » d’avoir un accent ou de faire des fautes.. Ailleurs, on est content de voir que tu fais des efforts, et l’accent français est sexy, donc ils adorent ! Ose, tu n’as rien à perdre, personne ne se moquera, on t’aidera même à progresser gentiment 🙂 Bisous

      • Pauline
        29 avril 2017 / 11 h 01 min

        Merci beaucoup de m’encourager Albane! ça m’aide vraiment
        Bisous

  5. Léane latiste
    28 avril 2017 / 13 h 12 min

    Hello !
    Voilà j’ai lue ton article et je me reconnais dans certains points… J’adore voyager, découvrir des choses nouvelle.. je suis partie en colonie de vacances 3semaine au USA et sa me manque terriblement de parler anglais et de ne pas être jugée par les gens car c’est le cas en France ont est constamment jugée sur ce que l’on fait je trouve sa dommage car la France est​ un beau pays…
    Je pense que d’ici quelque années après avoir finis mes études je partirais en voyage là où je veux découvrir tout ce que je ne connais pas! Je rêve de voyager partout…
    J’ai le projet de me faire tatouer la carte du monde sur le poignet et à chaque destination faire un petit point de couleur là où je suis allée !
    Voilà bisous 😘

    • 28 avril 2017 / 13 h 14 min

      Merci de partager ton expérience ! Gros bisous 🙂

  6. Marion
    28 avril 2017 / 12 h 19 min

    Je suis d’accord avec toi, le voyage sert avant tout à grandir ! Avant de partir il y a quelques jours, je ne pensais pas qu’on pouvait autant mûrir, même en quelques jours !
    J’ai déjà hâte de repartir en août, j’ai vraiment l’impression d’avancer lorsque je suis à l’étranger !;)
    La seule raison qui m’empêcherait d’aller loin pour l’instant est ma peur de l’avion, mais je vais devoir l’affronter dans quelques mois…
    J’espère qu’on jour, j’aurai autant voyagé que toi et autant appris, tu es une vraie inspiration !

    • 28 avril 2017 / 12 h 53 min

      Merci beaucoup ! J’aimerais avoir voyagé encore beaucoup plus haha !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *